A l'honneur ...



Claude et Roger PETITPIERRE

Enfin, après vingt-cinq ans d´un travail sérieux, acharné et minutieux, ils font éditer le magistral ouvrage de Haute-Marne au Coeur de l´Histoire : deux volumes de cinq cents pages pour faire découvrir les richesses trop souvent méconnues du lieu de ce département, de la préhistoire à nos jours.

 Pour en savoir plus sur cette oeuvre, cliquez ici
 
  DIMEY Bernard (1931-1981)  
 
ecrivains Haute Marne
@copyright : médiathèque de Nogent
 • Sommaire :


(Cette page a été conçue conjointement par Annie Massy et Philippe Savouret)

I - Lieux haut-marnais associés à l'artiste

II - Biographie :
a) Début de vie
b) Formation troyenne
c) Débuts difficiles
d) Succès
e) Fin de vie

III - Oeuvre :
a) Trois périodes
b) Extraits où il est question de la Haute-Marne

IV - Pour aller plus loin dans une étude sur Bernard Dimey





Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
@copyright : médiathèque de Nogent
 • I - Lieux associés


Nogent :
On peut faire « une balade » sur les traces de Bernard Dimey et voir : sa maison natale, avenue du 8 mai 1945 (photo) ; son école maternelle,Place du Général de Gaulle ; sa tombe dans le cimetière, rue du souvenir.
Des lieux portent son nom : une rue et la médiathèque.
On peut voir des monuments qu’il cite dans des poèmes (voir : extraits ci-dessous) : le monument de 1870 et le dolmen de la « Pierre Alot » route de Langres

Joinville :
Le lycée où Bernard Dimey a été interne de la classe de sixième à la troisième existe encore mais sans que l’on y trouve de mention particulière sur lui. Il existe cependant une association des Anciens élèves dont les plus âgés ont connu le poète et se souviennent de lui.




Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
@copyright : médiathèque de Nogent
 • II - Biographie : a) début de vie


Photo prise à la maternelle à Nogent ; Dimey est le troisième à partir de la gauche et au deuxième rang.

Bernard Dimey est né à Nogent, le 16 juillet 1931. Il naît dans un milieu ouvrier : il est le fils unique d’un père ciselier, (c’est-à-dire qu’il fabrique des ciseaux, une des spécialités de cette ville bien connue pour sa coutellerie) et d’une mère coiffeuse. Dès l’enfance, il montre un esprit vif et une attirance pour les études. Il obtient son certificat d’étude à dix ans. Ses parents ont donc pour lui l’ambition professionnelle la plus accessible aux enfants d’ouvriers de cette période : instituteur. Mais lorsqu’il a l’âge d’entrer au lycée (classe de sixième actuellement), en 1942, c’est la guerre et il se retrouve interne à Joinville, plus tranquille que Chaumont qui est d’ailleurs deux fois bombardée pendant le conflit. Enfant solitaire, il a du mal à s’adapter. Il souffre aussi de la faim.
Elève également doué pour les arts, il est attiré par le dessin, la poésie, la comédie et apprend à jouer du violon. Ses premiers poèmes sont édités dans les « Cahiers Haut-Marnais ». En 1946, il obtient le brevet et le concours d’entrée à l’Ecole Normale. Il quitte son établissement avec, dans son carnet de bord, un roman pamphlétaire et caricatural de sa vie d’interne : Le Marchand de Soupe.

Etant trop jeune pour intégrer l’Ecole Normale, il passe l’année scolaire 1946-1947 au lycée de Chaumont. Ses professeurs se souviennent d’un lecteur insatiable, délaissant les mathématiques au profit des lettres.




Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
@copyright : médiathèque de Nogent
 • II - b) Formation troyenne


Photo prise à l'Ecole Normale de Troyes : Dimey est au milieu avec la pipe.

En octobre 1947, il entre à l’Ecole Normale de Troyes. Il exprime alors plusieurs facettes de ses talents : l’écriture, le journalisme et la peinture sous le pseudonyme de Zelter. Les rencontres avec Jean-Jacques Khim -Professeur de Philosophie- Lucien Habert -Maître d’Internat- et Françoise Bibolet -Conservatrice de la Bibliothèque Municipale de Troyes - sont autant de stimulants pour exprimer sa fièvre littéraire. Il passe l’année scolaire 49-50 à l’Ecole Normale de Nancy pour préparer le Bac Philo, la section n’existant pas à Troyes, où il revient ensuite terminer sa formation. Son diplôme obtenu, il renonce au métier d’Instituteur pour se consacrer très activement à la littérature. Il occupe une parenthèse de surveillant à Laon puis Saint-Germain et revient vivre à Troyes chez Jean-Jacques Khim. Il rêve de célébrité rapide avec et grâce à lui. Ils fondent ensemble une revue littéraire franco-allemande qui ne dépasse pas le deuxième numéro : Mithra. Cet essai lui permet cependant se rencontrer des auteurs professionnels et notamment Armand Lanoux qui le soutient et l’aide à trouver sa voie artistique. En attendant, ses amis l’aident, il vend quelques dessins, fait des piges au journal local.




Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
@copyright : médiathèque de Nogent
 • II - c) Débuts difficiles


Entre 1948 et 1953, Bernard Dimey écrit plus d’une douzaine de romans, une quinzaine de pièces de théâtre et de scénarii radiophoniques, des essais, des nouvelles. C’est aussi le temps de l’amertume et du découragement. Les comités de lecture des maisons d’édition et les directeurs littéraires restent insensibles à ses manuscrits. On lui demande de discipliner sa verve et son talent, de ne pas se laisser entraîner par son plaisir d’écrire, par son délire verbal. A partir d’octobre 1954 et jusqu’à son départ à l’armée, Bernard Dimey collabore régulièrement à des émissions radiophoniques d’Armand Lanoux : il classe les documents envoyés par l’écrivain, écrit des liaisons et choisit des chansons d’époque pour les illustrer. Il fait de façon empirique son apprentissage de parolier.
Essuyant refus sur refus pour ses romans et nouvelles, son désenchantement est définitif. Son départ au service militaire le 5 septembre 1956 et sa rupture avec Jean-Jacques Khim en janvier 1958, le font changer de voies personnelle et artistique. En pleine période de départ du contingent en Algérie, Bernard Dimey doit faire vingt sept mois de service militaire. Il reste cependant caserné à Paris ; il peut donc se rendre régulièrement dans les cabarets de Montmartre où il rencontre nombre de jeunes chanteurs en quête de parolier. Il fait aussi connaissance avec le musicien Francis Lai.




Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
@copyright : médiqthèque de Nogent
 • II - d) Succès


C’est le début des « Trente Glorieuses » et de ses nouveautés techniques. Les transistors remplacent les postes à galènes et les programmes se multipliant, sont avides d’intermèdes chantés. Le disque vinyle permet des enregistrements faciles et rapides. Une nouvelle jeunesse veut s’amuser, chanter ou écouter des chansons. C’est une époque bénie pour les créateurs de chansons. Finies les déconvenues avec les comités de lecture, Bernard Dimey devient parolier.
De son mariage, en 1961, avec Liliane Landry à leur séparation, en 1967, il connaît la période sans doute la plus faste de sa vie. Il mène grand train et écrit des textes pour plus de deux cents interprètes, célèbres ou débutants y compris ceux qui ont laissé un nom dans le genre : Jean Ferrat, Barbara, Mouloudji, Juliette Gréco, Jean-Claude Pascal, Aznavour… et bien sûr, Henri Salvador avec qui il crée, en 1962, un standard : Syracuse.
En 1969, il obtient le Prix Charles Cros avec « Ivrogne et pourquoi pas », qu’il clame comme une profession de foi. Sept disques sortent par la suite, chez « Déesse ». En octobre 1969, il passe en première partie de Brassens, à Bobino ; mais, dans une scène aussi grande, le public n’accroche pas à l’écoute de ses textes.




Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
@copyright : médiathèque de Nogent
 • II - e) Fin de vie


Le monde du spectacle change : les music-halls s’en vont et les « Yé-yé » arrivent. Bernard Dimey ne place plus aussi facilement ses textes auprès des artistes et les huissiers le poursuivent. Malgré ses succès, il mène alors une vie plus difficile, avec sa nouvelle compagne Yvette Cathiard. Il s’installe avec elle à Montmartre. Il récite ses textes dans les cabarets du célèbre quartier et joue des petits rôles dans des téléfilms et des feuilletons comme Maigret (avec Jean Richard) et Les Brigades du Tigre. Sa santé se détériore. C'est pourtant pendant cette période qu’il fait de lointains voyages (Egypte, Québec, Nord de l’Europe) et crée ses poèmes les plus personnels et achevés. Il maîtrise alors parfaitement son art.

Au début des années 80, la maladie prend le dessus. Ses deux derniers disques au titre prédestiné « Testament », suite de poésies et de prose, nous livrent quelques aspects d’un personnage plus mystérieux qu’il n’y paraît. En mars 1981, il revient à Nogent pour une émission de télévision régionale qui lui est consacrée et qu’il ne verra jamais. Alors que les cinquante ans de Bernard s’apprêtent à sonner, au petit matin du 1er juillet 1981, il meurt à Paris d’un cancer. Enfant de Nogent, c’est dans la cité coutelière qu’il est inhumé le 3 juillet, après d’émouvantes et simples obsèques.
Sa ville natale ne l’a pas oublié : elle a donné son nom à la médiathèque et une association éponyme organise un festival annuel de chansons et de poésie qui a trouvé sa place dans les manifestations professionnelles. Petit clin d’œil à l’artiste : les spectacles ont toujours lieu autour du dix mai.




Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
@copyright : médiathèque de Nogent
 • III - Son oeuvre : a) trois périodes


Bernard Dimey est aussi célèbre que mal connu. Il est vrai, d’une part, que son œuvre présente des contradictions : par exemple, elle s’inspire du dix-neuvième siècle mais est à l’affût de toutes les nouveautés artistiques et techniques. Il est vrai d’autre part, que son parcours créatif est sinueux. On peut distinguer plusieurs époques différentes :

Jusqu’à 1956 : c’est la période champenoise où Bernard Dimey veut être romancier. Il exprime plusieurs facettes de son talent : l'écriture, le journalisme et la peinture sous le pseudonyme de Zelter. Cette période fut prolifique en écrits : de nombreux romans, nouvelles, pièces de théâtre, scénarii radiophoniques. Tous ses écrits seront refusés par les grands éditeurs parisiens et le laisseront plein d'amertume.

De 1956 à 1966 : c’est la période montmartroise ; l’œuvre de Bernard Dimey est essentiellement formée de paroles de chansons. Elle est très importante mais se fond, dans l’esprit du public, avec ses interprètes ou ses musiciens. On sait mal qu’il est à l’origine d’énormes succès comme : Syracuse, Mon Truc en Plumes, Mémère… Il écrit cependant aussi des paroles sur des musiques de films, le livret d’une comédie musicale, un scénario et dialogue de film… En 1961 il obtient un succès retentissant quoique censuré sur les antennes avec un album chanté par Philippe Nicaud : Chansons cu-rieuses.
Mais, même là, il n’est pas facile à suivre puisqu’il écrit parallèlement une œuvre mystique : La Mort d’un Homme ; et un disque pour enfant.

De 1966 à sa mort : c’est la période personnelle. Bernard Dimey recentre son œuvre sur lui-même. Plutôt que parolier, il veut être reconnu comme poète et présente lui-même ses textes en public avec ou sans un accompagnement musical mais toujours en favorisant les mots. Sa rencontre avec Michel Célie, fondateur des éditions musicales « Déesse » donne une ampleur à son œuvre poétique qui va être enregistrée, avec sa voix, sur vinyle à partir de 1968.
Bernard Dimey écrit toujours des chansons mais également des textes sur sa vie, ses voyages, son angoisse face au temps qui passe, son attirance et sa connaissance du danger de l’alcool. Son registre dominant oscille entre mysticisme et fantastique. Il ose des textes longs comme Ivrogne et pourquoi pas ?; La Crucifixion ; Le testament ; Le Bestiaire de Paris ; Les Enfants d’Attila ; Les huit Péchés capitaux.
C’est incontestablement la partie de l’œuvre la plus achevée, personnelle et remarquable. La mort le coupe dans un élan dont nous ne connaîtrons jamais ni l’ampleur ni l’intérêt.

Après sa mort : fait rare dans le monde artistique, son œuvre continue et trouve de nouveaux publics grâce à des interprètes nombreux et différents selon les époques. Le mythe Dimey est en route.

Cette oeuvre est variée et importante. Annie Massy en a dressé une liste non exhaustive mais la plus complète à ce jour :
- de 1942 à 1956 : 41 textes (genres divers : romans, nouvelles, scénario, pièce de théâtre, récit humoristiques...)
- 17 livres et écrits divers édités
- 280 textes ont donné lieu à des chansons enregistrées par 250 interprètes différents (liste non exhaustive puisque des chansons sont régulièrement reprises par de nouveaux artistes)
- 18 chansons déposées avec leur musique à la SACEM mais non enregistrées
- 4 adaptations en français de chansons de films
- 7 "pièces radiophoniques"
- 3 films sur un scénario ou dialogue de Bernard Dimey

Par ailleurs, Bernard Dimey a été aussi un acteur :
- participation à 9 films ou séries télévisées

La télévision et la radio gardent nombre d'enregistrements :
- 23 enregistrements sur Bernard Dimey, radio ou télévision
- 94 chansons sur un texte de Bernard Dimey ont été diffusées sur la radio et télévision
- Bernard Dimey a interprété ses textes dans 11 émissions différentes




Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
@copyright : médiathèque de Nogent
 • III - b) Extraits où il est question de la Haute-Marne et de son enfance :


L’enfance - Extrait de « Le milieu de la nuit » Editions Christian Pirot
Il définit ainsi Nogent :
« village parfait de mes douze ou quinze ans »

Il présente des habitants qu’il a croisés
Un « grand nègre jovial » et les lavandières :
« Les femmes, en bavardant, martyrisaient le linge
A grands coups de battoir au lavoir d’à côté. »

Il se souvient des lieux et des jeux dont ils étaient le décor :
« Je ne reverrai plus les combles de l’église
Où j’allais dénicher des enfants de hibou.
Quand je les ramenais, tout chauds sous ma chemise,
Ma pauvre mère avait des hurlements de loup…

Au monument des Morts qu’on appelait Mobiles
Assassinés pour rien sous Napoléon III,
On, déchiffrait des noms mais c’était difficile
Et, debout sur le mur, on dominait les bois. »

« On rêvait, c’était beau »

D’autres souvenirs sont plus durs comme l’abattage de chevreaux :
« Et les petits chevreaux dont j’ai tenu les pattes
Depuis plus de trente ans ne veulent pas mourir.
Ils bougent dans mes rêves et pleurent et se débattent…
Bon Dieu ! Que mes douze ans ont du mal à finir ! »

Dans la nuit, extrait du recueil "Je ne dirai pas tout" (Christian Pirot éditeur) Bernard Dimey fait référence au dolmen de la Pierre Alot bien connu à Nogent et toujours en place, par lequel commence d’ailleurs la balade consacrée au poète.
« Au lointain, quelque part, dans les bois où dormait
Un dolmen emperruqué de vieille mousse »

Avec Les Epouvantails, il décrit les jeux d’un enfant d’avant guerre qui courait dans la campagne :
« La bise fait claquer nos vastes redingotes
Et nous nous retrouvons le chapeau de travers
Nos pauvres pantalons dégoulinent de flotte
Assommés tout l’été on gèle tout l’hiver
Nous sommes les héros toujours en première ligne
Toujours l’œil aux aguets toujours prêts au combat »

A-t-il regretté d’être parti si loin de son enfance comme le suggère Le trèfle à Quatre Feuilles ?
« J’ai perdu la source et la feuille verte
Et je ne sais plus le nom des oiseaux
J’ai tout passé par profits et pertes
Je n’ai plus le droit d’aller au château »

Sur la fin de sa vie, il exprime, à sa façon, un certain regret des lieux de son enfance, comme si la mort qui approchait allait le ramener à son point de départ :
J’ai tout vu tout connu
« J’ai tout gagné tout perdu
J’ai tout vu tout connu
Je ne repartirai plus
(…)
Allume un grand feu près de la maison
Je veux des fleurs à tous les balcons
Tuez le veau gras et préparez-vous
Je suis heureux je reviens chez nous
(…)
Le tour du monde est bientôt fini
Vive le jour où je suis parti
Mais vive encore plus le jour
Où me voici de retour »

N’a-t-il pas quelque chose de cet "Enfant Maquillé" :
« Que ça vous plaise ou non je suis de votre époque
Un enfant maquillé qui a beaucoup vécu
Je vous laisse en partant mon rire et ma défroque
Je suis l’enfant trouvé que vous avez perdu »

Ses voyages lui permettent de s’interroger sereinement sur sa fin de vie et sa postérité future :
Les Enfants de Louqsor / Louxor
« Quand je sens, certains soirs, ma vie qui s’effiloche
Et qu’un vol de vautours s’agite autour de moi
Pour garder mon sang froid, je tâte dans ma poche
Un caillou ramassé dans la Vallée des Rois.
(…)
C’est vrai, la vie n’est rien, le songe est trop rapide,
On s’aime, on se déchire, on se montre les dents,
J’aurais aimé pourtant bâtir ma pyramide
Et que tous mes amis puissent dormir dedans.
(…)
…………..Ma légende s’apprête,
Je suis comme un désert qu’on aurait mal fouillé
(….)
Je pense m’en aller sans que nul ne remarque
Ni le bien ni le mal que l’on dira de moi »






Haut de pageHaut de page



 • IV - Pour aller plus loin :


La médiathèque de Nogent (Haute-Marne) conserve un fonds des livres inédits de la période 1947-1955 ainsi que des lettres, tableaux, photos, dessins, partitions, pochettes de disques, CD , vidéos... A ce jour plus de 1200 notices. Ce qui constitue le Fonds patrimonial Bernard Dimey créé et enrichi par Philippe Savouret directeur de la médiathèque éponyme.
Elle a aussi une expo qui se loue (série de panneaux et de textes illustrés sur plaques métalliques facilement déplaçables) pour présenter le personnage et son oeuvre.
On peut la joindre à l'adresse courriel suivante : mediatheque@villedenogent52.com

II existe aussi à Nogent une association "Bernard Dimey" qui organise un festival annuel et qui a augmenté le fonds Dimey de plusieurs heures de témoignages filmés.




Haut de pageHaut de page




Liste d'oeuvres :
 Coutellerie Nogentaise au XIXe Siècle (La)
 Bernard et l'Enfant Maquillé
 Bernard Dimey, Jeunesse Champenoise
 Bernard Dimey : études et articles universitaires
 Bernard Dimey (1931-1981) :
 52 Ecrivains Haut-Marnais de Jehan de Joinville à Jean Robinet
 Jacques Brel ou la Difficulté d'être Belge