A l'honneur ...



Claude et Roger PETITPIERRE

Enfin, après vingt-cinq ans d´un travail sérieux, acharné et minutieux, ils font éditer le magistral ouvrage de Haute-Marne au Coeur de l´Histoire : deux volumes de cinq cents pages pour faire découvrir les richesses trop souvent méconnues du lieu de ce département, de la préhistoire à nos jours.

 Pour en savoir plus sur cette oeuvre, cliquez ici
 
  THEURIET André (1833-1907)  
 
 • Sommaire :


Cette pagé a été réalisée par Anne Duvoy (texte) et Philippe Savouret (photos).

Sommaire :

I - Lieux haut-marnais associés à l’auteur

II - Biographie

III - Son œuvre

IV - Clins d’œil haut-marnais

V - Bibliographie

VI - Pour aller plus loin




Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
 • I - lieux haut-marnais associés


Un seul site en Haute-Marne reste emblématique de la présence de l’auteur dans le département : Auberive où il résida de novembre 1856 à mars 1859, et ses alentours.



Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
 • II - Biographie


Claude Adhémar André Theuriet naît à Marly-le-Roi, dans les Yvelines, le 8 octobre 1833.
En 1838, la famille emménage à Bar-le-Duc. C’est donc dans la vieille capitale du Barrois célèbre pour ses vins et ses confitures de groseilles que grandit le futur poète et écrivain .

Enfant, il dévore les livres de mythologie et en restera marqué sa vie durant, ce qui l’éloignera de la religion chrétienne.

« … je sentis un froid subit me tomber sur l’imagination. Le ciel des chrétiens me parut ennuyeux et gris à côté du radieux Olympe des Dieux grecs. En dépit du mal qu’on se donna pour m’expliquer la supériorité du spiritualisme chrétien sur les fictions du vieux polythéisme, je ne fus jamais qu’à demi-convaincu. »

« Moi, je crois à la sociabilité des fleurs, comme du reste à celle de toute la nature. Je t’assure qu’il se passe entre les feuilles, les herbes, le vent, les insectes et les pierres, des comédies et des drames auxquels je prends un plaisir plus vif qu’à certaines pièces de Shakespeare. » (Sous-Bois)

D’une nature introvertie, André Theuriet s’évade très jeune dans des « vagabondages d’imagination ».
En 1843, il fonde avec un ami un journal éphémère : La Renommée.

Dès 1850, certains de ses poèmes sont publiés dans le Journal de la Meuse puis dans Le Souvenir.

En 1851, il quitte Bar-le-Duc et rejoint son père dans le Poitou. Il y découvre la poésie populaire à travers la chanson paysanne.

Bien que ne s’en sentant pas la vocation, il commence une carrière de fonctionnaire des Finances, se promettant de quitter cette profession dès qu’il pourra vivre de sa plume.

En 1853, il écrit un poème de 400 vers sur l’Acropole d’Athènes qui est remarqué par l’Académie française. Le poète Théocrite lui servira d’ailleurs longtemps de modèle.
La même année, il s’inscrit à la Faculté de Droit de Paris, ce qui lui permet de côtoyer les milieux littéraires.
Il publie ses poésies dans la Revue de Paris en parallèle avec ses études de droit et son poste à Damvillers, dans la Meuse.

En 1856, il est nommé receveur de canton, à l’Hôtel du lion d’Or, à Auberive, en Haute-Marne.

« A la maison, une désagréable surprise m’attendait : l’Administration venait de me nommer receveur des Domaines à Auberive, un village perdu au fond des forêts de la Haute-Marne. »

« J’ai le cœur gros, car j’ai quitté hier, à vingt-trois ans, famille, amis, plaisirs, pour aller m’enterrer au fond d’une bourgade inconnue. Le gouvernement vient de me nommer receveur des domaines à Vieux-Moutier (Auberive), et le ciel m’est témoin que je ne désirais guère cette faveur. Dans le choix de la carrière où me voici jeté, le cœur n’est entré pour rien. » (Eusèbe Lombard)

Il y restera presque trois ans partageant son temps entre sa fonction et d’innombrables promenades solitaires dans les bois et la campagne proches.

« Je vécus là deux ans et demi, seul, courant les futaies qui s’étendaient à trois lieues aux entours, traduisant Théocrite, herborisant et liant connaissance avec tous les gens des bois, charbonniers, bûcherons, braconniers. »

« … tout ce monde mystérieux d’arbres, d’oiseaux et de fleurs agrestes, me devint familier et cher. Je m’appliquai à profiter des aubaines que me procurait ma profession d’employé pour pénétrer plus avant dans l’âme des paysans. Je les étudiais en forêt, dans mon bureau, à ma table d’auberge ; je les faisais causer des choses qui les intéressaient, je recueillais leurs chansons rustiques, je notais leurs pittoresques et énergiques expressions patoises ; chaque soir, je rentrais avec une nouvelle trouvaille, et les journées maintenant me semblaient trop brèves. » (Souvenirs des vertes saisons)

Début 1859, il est nommé rédacteur à la Direction des Domaines de Tours (Indre-et-Loire). Sa carrière se poursuivra ensuite à Bar-le-Duc (1863), Amiens (1864) puis Paris (1865).

En 1879, il est élevé au grade de Chevalier de la Légion d’honneur, puis Officier en 1895.

Elu maire de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) en 1894, il le restera jusqu’en 1900.

En 1896, il est élu à l’Académie française, succédant à Alexandre Dumas fils.

Il s’éteint le 23 avril 1907 à Bourg-la-Reine.





Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
 • III - Son œuvre


Riche de 286 titres, l’œuvre d’André Theuriet est abondante et variée : poésies, romans, théâtre, contes, nouvelles, impressions de voyages, souvenirs, critique d’art, essais dramatiques…

« Les livres de Theuriet sentent bon. » Sainte-Beuve (1867)

« C’est un talent fin, discret, un peu timide que celui de Theuriet. Il a la fraîcheur, l’ombre et le silence des bois, et les figures qui animent ses paysages glissent sans faire de bruit comme sur des tapis de mousse, mais elles vous laissent leur souvenir. » Théophile Gauthier

« Je me reprocherais d’oublier Monsieur André Theuriet. Celui-là aussi est un idéaliste et il y a dans ses œuvres un ressouvenir de George Sand. Mais je lui fais volontiers grâce pour le charme exquis qui se dégage du moindre de ses récits. Il lui faut la province, il lui faut surtout les grands bois, les forêts où il a vécu des années. Alors il est tout à fait adorable : ses personnages qui appartiennent un peu à la convention, prennent une véritable vie sous les arbres, le long des allées profondes. On s’intéresse à leurs amours, bien que l’intrigue reste à peu près toujours la même. Cela sent frais, cela sent bon. »
Emile Zola

Cependant, deux périodes sont nettement distinctes, à l’image de cette évocation du printemps:
- la période du poète (1857-1870)
« Le Bois est reverdi
Une lumière douce
Sous la feuille à midi
Glisse et dore la mousse.
On dirait qu’on entend
Le bourgeon qui se fend
Et le gazon qui pousse. » ( Le Coucou , Le Chemin des Bois, 1867)





Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
 • - la période du romancier (1870-1907)


« Très haut parmi les jeunes feuillées, un ciel bleu souriait ; les marges des sentiers foisonnaient de fleurs et partout les oiseaux rossignolaient… »
(Paternité, 1894)

Dans ses romans, André Theuriet laisse une grande part à l’autobiographie, ne changeant qu’à peine les noms des lieux et des personnages. Il exprime aussi une pensée philosophique tout aussi récurrente que l’est l’inspiration issue de la forêt.

« J’ai expérimenté plus d’une fois que c’est précisément à l’heure où notre chemin semble le plus encombré d’obstacles qu’une soudaine évolution de la fortune nous aide à sortir des broussailles ; le tout est de ne point jeter le manche après la cognée. C’est cette expérience qui m’a préservé du pessimisme aujourd’hui à la mode. » (Années de Printemps)

« On ne connaît bien le caractère des vivants que lorsqu’on a vu comment ils se comportent avec leurs morts. » (Sous-Bois)

« Là où sont les bois, là est le cœur de la patrie, et un peuple qui n’a plus de forêts est bien près de mourir. » (Sous-Bois)





Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
 • IV - Clins d’œil haut-marnais


« Ce plateau de Langres, d’une nudité si austère et où la bise fait rage. Au loin, dans une éclaircie, la cathédrale dresse à l’horizon ses deux tours brumeuses. Les champs sont déserts, pas un oiseau, pas une bête de labour. Seule, une vieille femme, abritée sous un parapluie bleu, s’obstine à faire paître sa vache rousse au revers d’un talus. » (Sous-Bois)

« Les blés de la plaine d’Aujeurres étaient déjà presque tous moissonnés. De la lisière des bois de Maigrefontaine, on voyait flamber au soleil d’août la rase étendue des éteules, où des chardons en fleurs mettaient ça et là des taches violettes. La plaine, baignée dans la grande lumière de midi, ondulait pendant des lieues, tantôt dorée, tantôt bleuâtre, et très loin, dans la direction de Langres, les deux tours de la cathédrale coupaient seules la longue ligne plane de l’horizon. » (Le sang des Finoël)

« Bay s’étage en amphithéâtre avec la rivière à ses pieds, et sur sa tête, comme un diadème, sa petite église romane ; dans le fond, Auberive repose à l’abri de sa triple enceinte de forêt. » (Sous-Bois)

« Un clocher pointu s’élance d’un fouillis d’arbres : c’est Courcelles-Val-d’Esnoms. » (Sous-Bois)

« Vitry-en-Montagne, enfoncé dans son vallon boisé comme une cognée au cœur d’un chêne. » (Sous-Bois)

« Rouelles… est bâti à la naissance d’un vallon et s’enfonce comme un coin dans la forêt de Montavoir, qui l’enserre de trois côtés dans un cirque de pentes boisées. » (Sauvageonne)

« Rochetaillée. Jamais village n’a mieux mérité son nom. Bâti sur les deux versants d’une gorge étroite et pierreuse, il est coupé par l’Aujon qui se fraie péniblement un chemin entre les roches et les broussailles. » (Sous-Bois)

« Les habitants, précisément peut-être à cause de ces grands horizons et de ces bises violentes, ont de l’humour, de la verve, un tour d’esprit singulièrement indépendant et original. Vois Diderot, il y a de la bourrasque natale dans le génie de ce diable d’homme. Aussi, les Chaumontais, gens casaniers et rassis, disent-ils de leurs voisins :
Langres, sur son rocher,
Moitié fou, moitié enragé. (Sous-Bois)






Haut de pageHaut de page



ecrivains Haute Marne
 • V - Bibliographie liée à Auberive


In Mémoriam, poésies forestières (1857)
Le Chemin des Bois, poésies (1867)
Une Ondine (1875)
Raymonde (1877)
Le Don Juan de Virloup (1877)
Sous-Bois, Impressions d’un Forestier (1878)
Le Sang des Finoël (1879)
Sauvageonne (1881)
Bigarreau (1884)
Eusèbe Lombard (1885)
Les Œillets de Kerlaz (1885)
Raymonde, comédie en trois actes (1887)
Reine des Bois ( 1891)
Le Mari de Jacqueline ( 1891)
Tentation, nouvelles (1894)
Paternité (1894)
Lys sauvage (1898)
Dorine, nouvelles (1899)
Estève (1903)
Micheline (1904)
Souvenirs des vertes saisons (1904)
La Pupille de M. de Valbruant (1905)


Citons encore :

Nouvelles intimes (1870)
Jean-Marie, drame en vers (1871)
Le Bleu et le Noir, poèmes de la vie réelle (1874)
Mademoiselle Guignon (1874)
La Maison des deux barbeaux (1879)
Madame Heurteloup (1882)
La maison des deux barbeaux, théâtre (1885)
Contes de la vie de tous les jours (1887)
Contes de la Forêt (1888)
Contes de la vie intime (1888)
La Ronde des saisons et des mois (1891)
Jardin d’Automne, poésies (1894)
Les Maugars, théâtre (1901)
La Petite dernière (1907).






Haut de pageHaut de page



 • VI - Pour aller plus loin :




Haut de pageHaut de page