CAZIN Bernard ( 1950)

   Rien, absolument rien ne me prédestinait à écrire des livres. En effet, imperméable à la grammaire et à l’orthographe dès le port de culottes courtes, j’ai véritablement ramé dans ces deux matières pendant une dizaine d’années pour obtenir mon certificat d’études primaires (sans mention évidemment). Il est vrai que pour être embauché et travailler à l’âge de quatorze ans au sein d’une usine pour mettre des ressorts dans des sacs, huit heures par jour, une bonne base en français n’était pas nécessaire.
   A la retraite, je me passionne pour les soins thérapeutiques à partir de l’Énergie Universelle. Deux maîtrises d’enseignant sont obtenues ; l’une en Reiki et l’autre en Karuna.

   Je suis né à Joinville dans le département de la Haute-Marne en 1950 : cadet d’une famille de six enfants, d’origine très modeste, d’un père ouvrier d’usine et d’une mère au foyer. J’ai gardé les vaches pendant les vacances scolaires et rendu une multitude de services à notre voisin agriculteur. J’ai rejoint comme la plupart des jeunes de mon âge, le bataillon des travailleurs en usine. A dix-sept ans, j’entre au Centre de Formation Professionnel pour Adultes (CFPA), Second de la promotion de soudeurs à l’arc et au chalumeau. Je travaille en usine, puis dans un atelier de fabrication de charpente métallique.

   Un concours de circonstances me fait passer et réussir un examen pour entrer dans ce qui deviendra plus tard une administration. Si les maths ont été une formalité, la dictée me donna des frissons dans le dos. Quelques mois plus tard, je me retrouve à Amiens dans une salle de cours pour apprendre le droit en matière de protection de la nature, l’hydrobiologie et autres thèmes dont j’ignorais l’existence. Nommé à Joinville pour sept années, un concours m’ouvre une nouvelle voie et une mise à disposition dans un établissement public à Lyon dans le cadre de la recherche et de l’appui technique en hydroécologie. En parallèle, je forme une bonne vingtaine de promotions d’agents et de chefs de brigades, sur le fonctionnement des systèmes aquatiques. Pendant cette période, je développe aussi un brevet d’invention déposé dans vingt-deux pays. Je réintégre mon corps d’origine onze années plus tard, en tant que technicien supérieur, généraliste du fonctionnement des hydrosystèmes au Ministère de l’écologie.

   Et dans tout cela, l’écriture ? Les cours du soir, dispensés notamment à Joinville, abordés avec appréhension et craintes au début, ont fait place au fil des années à de l’intérèt et même de la curiosité envers toutes ces règles de grammaire et d’orthographe pas toujours, à mon humble avis, justifiées. L’idée d’écrire un livre est venue dans les années 2000. Commence une très longue période d’hésitation et de doutes. Puis un jour, je m’assois devant un ordinateur et commence à rédiger les titres des chapitres. Un soir, je me lance, et les situations apparaissent, les personnages suivent sans aucun problème.